Quand les dommages à l’ADN mitochondrial affectent la progression du cycle cellulaire

Chez les plantes à fleur le génome mitochondrial est très grand et dynamique, et sa stabilité influence la santé et le développement de la plante. Dans une étude publiée dans PLoS Genetics, les scientifiques de l’équipe de José Gualberto ont montré que l’ADN hélicase RADA d’Arabidopsis est essentielle à la stabilité de l’ADN mitochondrial, et que son absence affecte le développement de la plante via l’activation de gènes inhibant la progression du cycle cellulaire. Ces découvertes permettent de mieux comprendre l’évolution rapide du génome mitochondrial chez les végétaux, ainsi que son interaction avec l’expression des gènes nucléaires.