Détourner pour mieux contrôler : comment les plantes maîtrisent leurs défenses

Les plantes font face en permanence à des attaques par des insectes, microbes, et autres ravageurs, et activent des mécanismes de défense sophistiqués dès que l’ennemi est détecté. On pensait que l’élévation des niveaux de jasmonates, une classe d’hormones végétales, était nécessaire pour l’induction des défenses. En identifiant une nouvelle classe d’oxydases agissant sur l’acide jasmonique lorsque ses niveaux sont très faibles, l’équipe de Thierry Heitz révèle un mode de régulation inédit des réponses contrôlées par les jasmonates. Ces travaux sont publiés dans la revue Molecular Plant.

A : Dans des feuilles sauvages (WT), l’oxydase JAO2 forme le dérivé 12OH-JA, limitant l’activation de JA en JA-Ile, pour maintenir les défenses réprimées. Lorsque JAO2 est inactivé (mutant jao2), le flux métabolique est accentué vers la formation, le catabolisme et la signalisation de JA-Ile, conduisant à une défense constitutive élevée.

B : La défense permanente chez les plantes jao2 conduit à une résistance élevée à l’infection par le champignon Botrytis cinerea.

Labels IBMP